lundi 11 mai 2009

Petit à petit...

Ce coup de gueule de Siro m'a fait réfléchir la semaine dernière. Cette histoire de chance. Et du coup mon commentaire à moi sur la volonté et les ruptures brutales pour avancer. Oui il faut tout lire parce que ce n'est pas le sujet ici. Pas de coup de gueule en vue.

Et la rupture brutale, je suis en plein dedans. L'approche de mes 26 ans joue aussi peut-être. L'âge ne m'effraie pas finalement, je vis plutôt bien le fait de grandir. Payer plus, ça me réjouit un peu moins par contre. Mais tout ça n'est pas une histoire de sous non plus, à mon niveau on gère toujours, comme on peut, mais on gère.

Non. C'est grandir. Ce week-end j'ai eu l'impression de grandir. Regarder les choses avec plus de détachement. Le départ qui se profile à l'horizon. Ce n'est pas lui que je regarde avec détachement, non, mes yeux sont fixés sur lui, ma tête aussi. Mais toutes ces petites choses insignifiantes. Matérielles. Cette chambre que j'ai connue depuis mon enfance et que je cède petit bout par petit bout. Que je me refusais à céder parce que, quelque part, j'avais peur de n'être plus chez moi chez mes parents à un moment. Mais finalement, quels que soient les changements, ma chambre sera toujours ma chambre, et il y aura toujours un "chez moi" qui m'attendra chez mes parents. Je ne sais pas pourquoi j'ai mis autant de temps à l'accepter.

Alors ce week-end j'ai trié, à petite échelle, dans ma chambre. Il me faudra y revenir car les punaises qui accrochent les vieux posters sont difficiles à enlever. J'y laisserai ma trace, mais si elle n'est plus là quand je reviendrai, pas grave, le lit sera là, m'attendra, la fenêtre n'aura pas bougé, et il y aura toujours ce petit bruit d'eau dans le radiateur...

Et dans ma vie doucement, je commence à trier aussi. Les choses essentielles et les autres. Mais ne faisons pas comme si j'arrivais complètement à me maîtriser côté shopping... Les choses que je dois faire. Celles que je fais. Ma liste interne. Celle des choses à faire avant le Canada. Les cases se cochent. Quelque part je suis fière de moi. Des choses avancent. Pas forcément dans le sens où je voudrais, mais elles quittent le stade stationnaire.

Toutes les choses qu'il me reste encore à faire ne sont pas forcément faciles, et tout ce changement à venir me fait vraiment peur en fait, mais petit à petit, par petits bouts, je dompte tout ça. Ça n'empêchera pas la peur de l'inconnu, mais au moins, ça m'aura aidé à me connaître un peu plus, et à me faire grandir.

J'ai beau parler de détachement au niveau matériel, et de tout ça, le jour où il faudra que je vide mon appart à Paris par contre... C'est vraiment une autre histoire. Mais pas pour tout de suite.

5 commentaires:

sironimo a dit…

Je suis passée par les même étapes donc je sais ce que c'est...effectivement on a l'impression que les choses bougent d'un coup, évoluent, et c'est dur, et ça ne va pas forcément exactement dans le sens qu'on le voudrais mais au moins on se dit que ça bouge et que ça change.
Moi aussi le fait de déménager et de tout ranger et trié, encore trié, ça m'a remplie de nostalgie. C'est pas une étape facile, et pourtant il faut avancer. Et puis moi aussi je sais que j'ai un endroit qui m'attend chez mes parents donc avec ça, on est jamais complètement perdus ^^!
bon courage à toi aussi :)

sironimo a dit…

Oui j'ai fait 36 fautes dans mon commentaires, ça m'apprendra à ne pas relire, désolée ^^

Banancosmic a dit…

Siro > Je ne suis pas encore dans la nostalgie mais je sais que ça va venir... Avec le sentiment libérateur d'avoir enfin un appart rangé ^^
Mais tu as raison, même si ce n'est pas facile, c'est nécessaire... Et pas grave pour les fautes, je suis pas un dictateur non plus :p

Petite a dit…

Je vois que tu as accepté de céder ta chambre!
C'est vrai, ce n'est pas facile, c'est un petit bout de soi qu'on laisse derrière. Mais tu as tellement de choses à faire devant :)
Courage pour le reste! Ce n'est pas facile de se séparer de choses qui paraissent insignifiantes pour les autres. ça fait toujours un pincement au cœur. Et si tu te mets à pleurer, arrête le tri et remets à plus tard :) Bises

Banancosmic a dit…

Petite > J'ai accepté de céder un bout de ma chambre. Qu'ils en fassent ce qu'ils veulent mais qu'au bout du compte, quand je revienne, ça soit toujours ma chambre... Je ne sais pas si c'est très clair :) Mais bon c'est vrai, il reste des choses à faire devant. Et j'ai un peu reculé le tri pour ici. J'ai encore un peu de temps devant moi...