vendredi 15 février 2008

Quand on a une crise de confiance en soi

Le truc fou qui m'est arrivé était bien un truc fou. Plaquez la réalité dessus et ça donne une belle crise de confiance en soi.

Mettre des "moi je moi je", un peu d'égocentrisme par dessus, et de la réussite, et prendre une débutante juste en face. La débutante montre que oui, bien sûr, elle est assurée et motivée. Mais elle rentre chez elle ébranlée, stressée. Elle se dit que forcément c'est une opportunité à saisir, mais que c'est trop difficile, et qu'elle n'est pas à la hauteur. Paradoxalement elle est assurée de ses capacités, mais pas sûre que ces dernières soient forcément utiles pour ce qu'on lui demande. La débutante n'a pas envie d'être une "gouvernante", et pourtant, on lui a clairement dit que ça faisait partie du jeu.

La débutante doute, a envie de plonger, mais ne sait pas si ça sera dans ce bassin...

4 commentaires:

MiLK a dit…

La débutante ne devrait pas avoir peur de se lancer parce que comme ça elle pourra savoir si oui elle est à la hauteur et si oui ou non cette opportunité peut lui apporter quelque chose. Pis faudrait pas que cette débutante regrette plus tard de ne pas avoir essayé.

Mais bon la débutante a le droit de dire que je raconte n'importe quoi. C'est peut être vrai après tout. Mais moi j'ai confiance en cette débutante ^^

Anonyme a dit…

Sarkozy t'a contacté pour être ministre de l'économie ?

Quel que soit ton problème si tu hésites il y a deux très bonnes techniques :
- le yi king et la méditation

djelly

doc a dit…

Avant de savoir si ce bassin te convient (ou pas), il faut que tu saches si tu as pied.
Et selon Mr Wilde (mais pas into the), il vaut mieux vivre avec des remords que des regrets.

Et milk est très sensé dans ses propos.

Banancosmic a dit…

Milk > Merci ^^ Je réfléchis et je ne prendrai pas cette décision à la légère...

Djelly > Hum... Heu sinon la couture est très bien pour vider la tête aussi.

Doc > Oui il est très sensé, et mr Wilde a raison, mais je ne vis pas avec trop de regrets en général, ça va...