samedi 21 avril 2007

Chroniques de la violence ordinaire


Hier soir, un peu avant l'heure qu'il est maintenant, j'ai regardé un reportage faisant partie d'une série intitulée "Chroniques de la violence ordinaire". Celui-ci concernait le Tribunal pour enfants.

C'est un des documentaires les plus troublants qu'il m'ait été donné de regarder ces derniers temps. Et certainement le plus dérangeant. Bien sûr il y a ces reportages sur la guerre, la famine, dans ces autres pays. Mais, même si je me sens concernée, ce reportage là, qui concernait les jeunes filles, et jeunes femmes, une jeune fille de 15 ans précisément, m'a vraiment touchée.

Cette jeune fille, le reporter ne donnait pas son prénom pour la protéger, vivait quelque part en Picardie. Elle s'était faite violer à l'âge de 13 ans, par un de ses camarades de collège, qui avait 15 ans au moment des faits. Il l'embêtait déjà dans la cour en lui mettant régulièrement la main aux fesses. Elle ne disait rien parce qu'il faisait ça à de nombreuses filles. Pas une n'était allée se plaindre. Un jour il est venu la chercher chez elle avant d'aller prendre le bus. Il a commencé à l'embrasser et à la caresser, elle essayait de le repousser, il a voulu aller plus loin, elle ne s'est pas laissée faire. C'était dans la cage d'escalier. Ils sont allés au collège normalement après ça. Mais avant de partir, il a dit quelque chose comme "Je finirai ce que j'ai commencé"

Quelques jours plus tard, il est revenu, avant qu'elle parte de chez elle, et cette fois, il l'a emmenée dans le local à vélos, et a "fini ce qu'il avait commencé". Il l'a violée.

Ces histoires de viol, on les a déjà entendues, mais, comme on dit parfois, ça n'est sans doute jamais assez. Cependant ce documentaire était différent. Peut-être parce que les réalisateurs ont pris le temps de le faire (2 ans), et parce qu'ils respectaient la parole de chacun. Mais surtout parce que le jeune homme, âgé de 17 ans donc au moment du procès, était d'une honnêteté déconcertante et... terrifiante. Il a tout admis, mais sans aucune conscience de ce qu'il avait fait. Pour lui, le fait qu'elle n'ait pas crié, ou qu'elle ne l'ait pas repoussé plus clairement, signifiait qu'elle était consentante. Et pourtant, elle était là, elle aussi, au procès, expliquant ce qu'il lui avait fait. On sentait bien qu'elle était traumatisée, elle avait même tenté de se suicider. Et lui restait impassible. Insensible. Ne réalisant pas le mal qu'il avait pu faire.

Comment ce genre de chose peut-il sembler normal? Je vais sans doute paraître vieux-jeu, mais dans quel monde vit-on sincèrement? Bien sûr je sais qu'il y aura toujours des violeurs aux coins de rue sombres, mais de là à admettre les choses si simplement, comme s'il n'y avait pas de préjudice! On parle d'agression sexuelle là. Et pas juste d'une main aux fesses dans une cour de collège... Si seulement. Je ne sais pas si ça vient de l'éducation, de la société, de toutes les sortes de médias qui nous entourent, et aussi du manque de recul par rapport à tout ce qu'on prend dans la figure, mais où va-t-on si on n'a plus conscience du bien et du mal. Je ne dis pas qu'il faut un esprit fermé avec une vision manichéenne. Mais je crois qu'il y a des principes fondamentaux. Et le respect en est un.

Vous aurez compris que ce reportage m'a vraiment retournée, et même si ce que je dis au dessus est un peu simpliste, ça me semblait important. Mais je ne ferai pas des billets comme ça tous les soirs...

7 commentaires:

marionnette a dit…

nous sommes dans un monde de sauvages jcrois bien ma belle.allez viens, prends ma main, on va faire un pti tour sur ta planète lunaire!

MiLK a dit…

Oui c'est assez incroyable qu'on en arrive à ce genre de situation. C'est la preuve que l'on vie dans un monde où les valeurs sont encore très biaisés et que l'égalité des sexes (voir l'égalité tout court) n'est véritablement pas effective dans l'esprit de tout le monde. C'est malheureux mais c'est à nous d'agir pour que nos enfants ne reproduisent pas les même erreurs ^^.

*Oulalala arrête de parler trop sérieusement MiLk les élections ça t'a monté à la tête un peu *

irene a dit…

c triste
au moins on relativise la chance qu'on a tous les jours, avec ce qu'il se passe dans le monde
tout est relatif...
mais putain, ca fait chier! pourquoi l'être humain est aussi con?!!

Banancosmic a dit…

Marionnette > Eh oui, je crois que ma planète lunaire serait mieux pour mon ptit moral, ou encore le pays de Candy, tu viens avec moi alors?

Milk > C'est vrai qu'on est loin de l'égalité encore, et même s'il y a des choses faites dans le bon sens, je ne pense pas que ça ira en s'arrangeant... Comme si à chaque fois que l'on avançait dans un domaine, on reculait dans l'autre... Et le respect (aux femmes, aux étrangers, aux handicapés et j'en passe) fait partie de ces domaines où on recule j'ai l'impression. Sinon, tu crois que ce sont les élections qui nous rendent sérieux? Ben vivement que ça soit fini alors, j'ai bien besoin d'être légère en ce moment!..

Irène > Oui ça fait chier et c'est dur. Même si c'est vrai qu'on a de la chance d'être privilégiés. C'est encore mieux de s'en rendre compte, ce n'est vraiment pas le cas de tout le monde. Et malgré tout, je refuse de croire aussi que "l'être humain soit aussi con". Une partie des humains, oui. Et même vraiment parfois. Mais d'autres réussissent à remonter la barre. J'ai envie de rester optimiste! (c'est sûr que c'est pas ce poste qui est une représentation de mon optimisme)

Marie a dit…

Je n'ai pas vu ce reportage, mais j'en vois d'autres, du même "style", et je lis des faits divers qui me traumatisent tous les jours, quant au manque de respect (c'est un euphémisme) de certains êtres humains pour leurs semblables. Ce qui nous paraît normal, la différence de base (car chacun apporte ses nuances...)entre le bien et le mal, ne l'est pas pour d'autres. Et ça laisse toujours pantois.

MiLK a dit…

Oui c'est possible que cette péiode d'élection nous rende "sérieux". On doit avoir une sorte de prise de conscience. Par contre ce qui est certain c'est que tout le monde est tendu à cause des élection j'ai hate que ça se termine et surtout que ça se termine bien ^^.

Banancosmic a dit…

Marie > C'est vrai, en fait il y a aussi plein de choses qui m'interpellent au quotidien, ça peut aller du reportage au fait divers, en passant par le manque de respect pur et dur qu'on voir dans la rue, mais ce qui m'a troublée dans ce reportage, plus que dans le reste, c'était le fait que ça ne soit pas une démonstration (je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire). Ce n'était pas fait pour nous en mettre plein la vue avec le fait que "les jeunes de nos jours...", le bla bla que l'on entend partout. Enfin, ce n'est pas pour autant qu'il faut être blasée par le reste, et je ne le suis pas, loin de là...

Milk > Je ne te réponds qu'aujourd'hui, à 2 jours du 2eme tour, et la tension est vraiment à son comble. Dans un sens, je me dis, "vivement que ça passe", comme pour les prises de sang ou les vaccins, mais là j'ai l'impression que la pillule sera dure à avaler...