vendredi 25 janvier 2008

Quand on va voir No Country for old men

Les Frères Coen. Leurs Big Lebowski, O brother, Blood Simple, Ladykillers... Avec une grande préférence pour l'odyssée d'O brother et le Duc du Big Lebowski.

Et maintenant No Country for old men. Toujours cette agréable surprise de la découverte, d'un nouvel univers à explorer. Car les Coen sont touche-à-tout. Une fois la fable, une fois le grand n'importe quoi, une fois le crime organisé, ou désorganisé, une fois le film en noir et blanc, The Barber, que je n'ai pas vu... Et là, l'adaptation.


Une poursuite sanglante à travers les déserts américains, ces paysages infinis qu'on ne connaît pas dans notre bonne vieille France. Un homme assez jeune et un peu inconscient ramasse une mallette d'argent près d'un cadavre. S'il avait su à qui elle revenait, il se serait abstenu. Ce sont donc trois hommes dans la tourmente que l'on suit : le premier qui a volé la mallette, Llewelyn Moss, le second qui veut récupérer sa mallette, Anton Chigurh, et enfin le Sheriff Ed Tom Bell, qui essaie de sauver le premier du second.

L'histoire finalement est assez simple. Et efficace. Sans chichis et sans détours, elle ne s'encombre pas de détails. Il faut avancer. Chacun essayer de toucher à son but. Et essayer d'éviter les dommages collatéraux. Ce qui est une chose difficile quand un des trois personnages principaux est un tueur complètement cinglé et à la fois très rationnel. Il part sur des jugements et des valeurs simples, mais complètement faussés. Javier Bardem, qui incarne ce psychopathe, est tout simplement époustouflant. Il coupe le souffle continuellement dans ce film, et le fantôme de son personnage plane sur chaque mouvement des autres. Et ce qui est fort agréable, c'est que chacun tire son épingle du jeu : Josh Brolin, jeune téméraire sans tête qui s'entête à vouloir être indestructible et insaisissable, Tommy Lee Jones, vieux routard désabusé, qui laisse s'écrouler les derniers restes de son idéalisme de shérif en voyant ce que certains hommes sont capables de faire.

Mais malgré tout, le seul qui reste en tête, encore et toujours après le film, c'est Javier Bardem, avec sa coupe au bol, son regard fou, ses manies, les questions qu'il pose et la peur qu'il inspire. Ces fameuses sueurs froides.

C'est lui toute la pression et le stress du film, ça couplé avec une drôle d'impression... Quelque chose manque, mais quoi? La musique. Dans ce film il n'y a pas de musique. Je n'avais pas remarqué tout de suite, mais le malaise qui suivait était comme une évidence : mes oreilles entendaient simplement le souffle du vent, le bruit des balles tirées... Mais pas de musique. Le cinéma nous a habitués à ce fond sonore qui nous dirige et nous influence. Là rien. Et ça ne fait qu'accentuer le malaise. Moi qui ai la manie de boucher mes oreilles dans les moments qui font peur, ça ne servait à rien cette fois. Enfin, comme ça il n'y aura pas de BO à acheter...

Une chose est sûre, je continuerai à aller voir les films des frères Coen, d'ailleurs, il faut que je me rattrape, je n'ai toujours pas vu Fargo.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Ah oui, il faut voir "Fargo", c'est mon préféré avec "the big lebowski" et une affection également pour "Miller's crossing".
Encore une fois je vous félicite pour votre critique. Par exmple je n'avais pas fait attention à l'absence de musique. Personnellement je n'ai pas trop aimé ce film mais je vais réfléchir à vos arguments. La nuit porte conseil.

djelly

Banancosmic a dit…

Djelly > Déjà on peut se tutoyer, tout le monde fait ça ici, c'est plus convivial ^^

Sinon je comprends tout à fait que tu n'aies pas aimé le film, il n'est pas forcément facile d'accès et si on loupe la porte d'entrée, ben justement, c'est loupé...

Et sinon oui, je vais regarder Fargo, bientot, enfin, un jour...

Anonyme a dit…

Ah oui, alors, si tout le monde se tutoie...

Pour "Fargo" il passait au Reflet Medicis ce week-end mais je crois que c'est trop tard.

Disons que pour "No country for old men" j'ai eu l'impression que le film ne commençait jamais vraiment (comme un long pré-générique de deux heures).

djelly

doc a dit…

Fargo est effectivement énorme.

Banancosmic a dit…

Djelly > J'aurais pas pu le voir de toute façon... Et pour "no country" c'est marrant je n'ai pas du tout eu cette impression, au contraire meme. Enfin, comme toujours, les points de vue...

Doc > Oui oui, je vais le regarder!!!