jeudi 29 mai 2008

Quand ça ne marche pas

Parfois, sans raison, le sort s'entête. On prend des risques et ça ne marche pas. Ce n'est pas grave, on est déçu et on passe à autre chose. On se dit juste que merde, on prend des risques et rien!

Ça peut s'appliquer à plein de domaines : professionnel, personnel, culturel, que sais-je...

Et là, je suis dans ma semaine de risques pris, qui ne débouchent sur rien. Ce qui me casse le moral au plus haut point. En fait non. Ça ne me casse pas le moral au plus au point. Ça me déçoit petit bout par petit bout. Ce qui fait à un moment que je devient vraiment une chose mollassonne. Et le fait de retourner travailler chez Derhy ne va pas du tout améliorer cet état de fait, bien au contraire.

Alors, quand ce soir, au cours de théâtre, j'attaque des scènes qui devaient fonctionner, et qu'elles ne fonctionnent pas, je me dit que ça suffit, je ne dois plus être cette chose molle qui se déplace. Merci à l'ami qui m'a reçue hier et qui m'a dit que "ça ne se voit pas", ça m'a au moins rassurée, je ne porte pas ça sur moi.

Pourtant je ne devrais pas. Je n'ai fini mon contrat à la Comédie Française que vendredi dernier. Quelques jours de blanc ne devraient donc pas m'effrayer. Et si, ça ne manque pas. J'ai ce sentiment de revenir à la case départ. Alors que non. Et du coup, me revoilà dans les vagues.

Il est grand temps que je rebondisse, le quotidien des intermittents est fait de ces alternances. Et il faut que je sache dire non aussi pour réussir à aller là où je veux et dois aller. C'était ma phrase "méthode Coué"... On y croit on y croit!

2 commentaires:

doc a dit…

Et on y croit même fort !

Banancosmic a dit…

doc > oui!