lundi 24 décembre 2007

Quand on tricotte

Ce qu'il y a de bien le 24 décembre, quand les cadeaux sont prêts, que l'on ne prépare pas le repas de Noël, que ça ne se passe pas à la maison, qu'on a fait une tripotée de bredles la veille (et c'est plutôt pelletée que je devrais dire), que le sapin clignote, que les cadeaux sont emballés (ah en fait non... il faut que je m'en occupe vite), qu'il n'y a rien à faire... C'est justement qu'on peut ne rien faire. C'est une autorisation tacite.

On a le droit de se lever à presque midi, de traîner en pyjama jusqu'à 13h, de prendre un bain pour le deuxième jour de suite parce qu'on n'a pas envie d'une douche et qu'on n'a pas de baignoire dans sa minuscule salle de bain, de regarder des Disney alors qu'Aladdin est passé hier soir et qu'on s'en est délecté en famille et entre amies.

On regarde donc La Petite Sirène pour la... jenesaispluscombientième fois. On sourit aux chansons, évidemment on regarde la cassette de quand on était petite, parce que "ce sont les bonnes voix dessus" ce qui n'est pas le cas sur la version DVD, sur laquelle Henri Salvador a disparu.


Et on chante les chansons, on se rappelle encore des dialogues, des mimiques, des frousses qu'on a eu devant tel ou tel passage...

Et puis on se dit une fois que c'est fini qu'un Indiana Jones ça serait bien. Indiana Jones et les aventuriers de l'arche perdue plus précisément. Pour faire les choses dans l'ordre. Parce que demain ça sera le Temple Maudit.


Et regarder ça avec sa soeur et sa mère, en rigolant, et trouver que Indiana est décidément très sexy, avec son regard charmeur, son chapeau et son... Ah ben non c'est tout. Le film vieillit très bien, se laisse regarder encore et encore, les mêmes passages dégoûtent encore et encore, même si on sait, et le pire, on y prend plaisir. Tous ces serpents, ces trucs qui dégoulinent et qui explosent (on parle ici de voitures et de têtes bien sûr) et le reste. Et la belle un peu rebelle qui défie les hommes à coup de "qui boira le plus" et autres, qui a un sale caractère, mais qui sait faire fondre le bel Indiana...

Comme on a vu ces 2 films un nombre incalculable de fois donc, on peut tricotter en même temps, et manger des bredles encore et encore. Et se dire qu'on ferait bien d'arrêter parce que ce soir ça va encore être gargantuesque.

Et en reprendre "un dernier mais c'est vraiment le dernier cette fois". Et replonger. et se dire que Noël c'est vraiment trop bien mais qu'il faudra songer à arrêter de faire des gâteaux pour un certain temps.

1 commentaire:

Nausicaä a dit…

Faux, archi faux pour le dvd de la petite sirène, la nouvelle edition sortie en début d'année contient les vraies chansons avec des vrais morceaux d'henry salvador dedans :p

Ce qui n'est pas le cas pour la belle et la bete, parce que la dame qui doublait la theriere est mourue :(